baniere-ps1 

15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 08:25


1-La-vie-sans-lui.jpg
Dire qu'il pleut quand il pleut, c'est la vérité. Dire qu'il fait mauvais, ce n'est pas la vérité. On peut dire des vérités, on ne peut pas dire la vérité avec des majuscules impénitents. La vérité ! il ne faut pas jouer au plus malin avec elle, sous peine qu'elle ne nous saute à la figure. Elle est douce et méchante à la fois. Il faut l'approcher sans arrogance, avec humilité, le coeur pur. La partie n'est pas gagnée d'avance, au moment de la saisir on recule presque toujours, saisi d'effroi.

Elle gargouille dans notre ventre, si on la dérange on tombe dans le sang, la pisse et la merde, et là aucun de nous ne résiste à son odeur, à sa violence.
La vérité ce n'est pas la pluie et le beau temps.
La vérité mon amour, c'était toi.

La vie sans lui de Pascal Sevran

Publié par Ronan Ronan - dans Citation
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 14:59


4-Lentement--place-de-l--glise.jpg
Il manque de S de Morterolles sur le monument aux morts devant lequel le maire et quelques anciens combattants s'inclineront en fin de matinée.

 
Cette anomalie m'a sauté aux yeux la nuit dernière comme je me réjouissais pour une fois de l'ordonnancement du massif d'arbustes qui l'entoure, de la propreté des drapeaux plantés sous les feux de deux petits projecteurs, celui de droite étant enfin réparé. En les redressant à l'aide de ma canne pour qu'il éclaire non pas le gravier, mais la stèle, j'ai pu constater mieux encore que le S de Morterolles avait bien disparu, ce qui est triste. Il est tombé en poussière, usé par le vent et la pluie, brûlé par le soleil, victime des intempéries.
En m'approchant j'ai distingué son empreinte, il suffirait d'un trait de peinture dorée pour qu'il revive.
Quel magicien me rendra ce qui manque à Morterolles ? Le S de Stéphane.

Lentement, place de l'église de Pascal Sevran.


Publié par Ronan Ronan - dans Citation
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 08:53



Publié par Ronan Ronan - dans Multimédia
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 08:33


2-Des-lendemains-de-f-tes.jpg
Imprudent par principe, je le regardais s'élancer sous la pluie avec la certitude de passer entre les gouttes. Il n'y parvenait pas mais je l'aimais ainsi : trempé de la tête aux pieds, nu devant la cheminée, offert au feu et à ma bouche. Stéphane était disponible au bonheur. Il était là tendu vers moi sans autre désir que moi. Il est là qui se faufile entre les placards que je bouscule et les lits que je prépare pour nous. Il tourne autour des objets, des tableaux, des bougies, des rideaux que nous avions disposés ensemble, je les frôle, je les déplace un peu, je les range pour les ressortir aussitôt, j'hésite encore et puis je fonce sur l'un ou l'autre et sans plus réfléchir, je les jette ou je les donne. Bien peu échappent à mon impatience de tout défaire. Si je m'abandonnais à l'allégresse qui m'habite, je casserais la vaisselle, les vases bleus, et les armoires à pharmacie.

Des lendemains de fêtes de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan - dans Citation
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 18:50


9782226176622.jpg
Le ciel n'a pas réponse à tout, aurais-je envie de crier, ou plutôt de murmurer, à l'oreille de ceux qui souffrent. Le long cortège des hommes et des femmes qui l'interrogent et l'implorent à genoux partout dans le monde, depuis que le monde est monde, fait pitié. Je ne vais pas très bien, mais je n'aurais pas l'idée de demander l'impossible au ciel. A qui d'ailleurs demander l'impossible, sinon à nous même ?

La mélancolie des fanfares de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan - dans Citation