baniere-ps1 

12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 10:07

On s'ennuyait le dimanche

Il m'a dit : "Je viendrai vous voir un dimanche, je ne sais jamais quoi faire ce jour-là, déjà quand j'étais petit on s'ennuyait le dimanche à la maison... et vous ?" Je ne connais personne décidément que le septième jour de la semaine réjouisse vraiment. Le chagrin des dimanches est pour tout le monde. Trenet a fait une chanson de celui des enfants. C'est l'ennui évidemment qui domine nos souvenirs de ce jour-là. Mathieu un dimanche, donc ! Que la promesse soit tenue ou non, voilà qui ferait un joli titre pour ce journal si je trouve le courage d'en assumer l'ambiguïté, si je ne recule pas au dernier moment, saoulé d'avance à l'idée de devoir expliquer mon choix à des bonnes dames scandalisées, à des jeunes gens déçus, aux journalistes intrigués.

On s'ennuyait le dimanche de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan H - dans Citation
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 10:04

 

pascal-sevran.JPG

 

Publié par Ronan Ronan H - dans Multimédia
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 12:01

Lentement, place de l'église

Tous les bonheurs sont provisoires. Cette évidence pour désolante qu'elle soit, annoncée en titre sur la couverture d'un livre de quelques souvenirs que je publiais il y a huit ans, n'allait donc pas de soi.

-Vous en êtes vraiment si sûr ?

- Oui, hélas !

Lentement, place de l'église de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan H - dans Citation
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 11:57

l 2cc2c2b1ff9a4e32b072cea4214257b9

Publié par Ronan Ronan H - dans Multimédia
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 06:35

Lentement, place de l'église

De combien d'hommes et de femmes pouvons-nous dire que nous sommes sûrs ? De quelques-uns peut-être, mais ce ne sont jamais les mêmes. La mort emporte-t-elle les meilleurs comme on le pense généralement ou ceux-là qui n'ont pas eu le temps de nous découvrir ?

Pour Stéphane, je n'ai aucun doute, pas un soupçon.

Il n'aura pas dit un mot, pas fait un geste que je puisse lui reprocher, j'ai dépendu de lui autant que lui de moi. On appelle cela l'amour, qui est une affaire grave.

Lentement, place de l'église de Pascal Sevran.

Publié par Ronan Ronan H - dans Citation